J'ai testé pour vous,  Naturopathie,  Réflexion

Implication et Naturopathie

« Je n’ai pas vraiment de résultat après 1 mois ! »

« Expliquez-moi ce que vous avez fait »

« Alors j’ai seulement utilisé les tisanes de plantes en remplacement du café et fait un peu de cohérence cardiaque »

« C’est déjà une bonne chose. Pensez-vous avoir fait du mieux que vous pouviez ? »

« Non, mais les conseils alimentaires, de sport et de gestion du stress sont un peu plus difficile à faire ! »

« Cool il nous reste de la marge ! Je comprends, ils sont pourtant les plus efficace. Modifier une hygiène de vie demande des changements et de l’implication ! Pensez-vous que commencer par de petites modifications de votre hygiène de vie au quotidien serait assez simple et vous apporterai des changements ? »

« Sûrement, mais je n’arrive pas à tout faire sur la durée ! »

« C’est vrai que tenter de monter les escaliers 4 par 4, ça peut le faire pour les 4 premières marches mais c’est un rythme difficile à tenir ensuite. Et si on tentait une marche après l’autre ? Je pense que vous vous focalisez sur les résultats et non sur les changements. Pourtant les résultats ne sont que la conséquence des changements ! »

Voilà le genre de discussion que j’ai/je pourrais avoir avec un.e consultant.e qui n’arrive pas à obtenir de résultat.

Mais la naturopathie ne soigne pas, d’ailleurs le naturopathe non plus ! C’est vous qui apportez des changements pour tendre vers une meilleure hygiène de vie et ainsi influencer votre santé. Le naturopathe est simplement la pour expliquer, trouver les priorités, la méthode, vous rendre autonome !

La vérité pure est dure !

Quand j’ai ce genre de discussion en consultation, je ne suis pas dans le jugement, car je sais exactement ce qu’implique de suivre un programme d’hygiène de vie. Je l’ai fait moi même, avant même de me former à la naturopathie, du coup j’ai aussi fait pas mal d’erreurs et vécu beaucoup d’échecs.

Soit on décide que c’est dur et fastidieux, soit on décide de prendre sa vie en main !

Je laisse à chacun la responsabilité de ses choix. Car je sais qu’ils ne sont pas immuable, et que les ressources nécessaires pour faire bouger les choses apparaissent un jour.

Alors oui, modifier son hygiène de vie, ça demande du temps, de la persévérance, de l’implication, mais aussi et surtout de la gratitude – la capacité à s’écouter et se réjouir de chaque petit changement, amélioration, prise de conscience, nouvelle compréhension et même des erreurs ou des échecs.

Dans ma propre démarche, que je raconte au début de mon blog, j’ai commencé comme à chaque fois en mode « tête dans le guidon ». J’ai forcé, j’ai insisté, et je ne me suis pas beaucoup écouté. Puis j’ai compris que même si il devait absolument y avoir de l’implication de ma part, il fallait qu’il y ait aussi de l’écoute et de la gratitude.

Cette écoute fait partie de la démarche. L’objectif du naturopathe est aussi de vous rendre autonome, il faut donc passer par un peu de connaissance, certes, par comprendre comment notre corps fonctionne et comment il réagit. Mais surtout par de l’écoute.

Je pense que s’écouter et avoir de la gratitude envers soi est la meilleure source de motivation ! Car ça permet de ressentir chaque évolution et se donner confiance. Bien sûr il y a souvent des résultats hyper facile à remarquer, ils sont souvent physique et issus des objectifs principaux qu’on se donne, mais beaucoup de résultats sont subtils et pourtant, ils sont le signe d’évolutions plus grandes à venir.

Et puis s’écouter nous « écarte » mentalement de l’objectif final. Ce qui n’est pas une mauvaise chose, au contraire. Car s’écouter, c’est aussi trouver du plaisir et de la satisfaction sur le chemin, transformer chaque pas en un accomplissement, un mini objectif. Ça nous ramène à ce qu’on fait à chaque instant.

Ça peut être perçu comme une ôde à la lenteur pour certain, mais qui a déjà réussit à changer quelque chose en dehors d’ici et maintenant ? Personne !

Le meilleur futur possible s’obtient par le meilleur moment présent !

Je n’oppose pas « s‘écouter » et « tendre vers l’objectif », au contraire.

S’écouter ne veut pas dire écouter sa flemme, se trouver des prétextes pour ne rien faire, etc ….

S’écouter et ressentir c’est avoir de l’empathie pour soi mais aussi se dire la vérité, être honnête avec soi-même ! Accueillir ses défauts et peut être son manque de motivation.

S’écouter est un outil pour atteindre l’objectif, ça permet de l’oublier tout en étant encore plus focus dessus.

Démonstration !

Si le message est « je procrastine, je n’avance pas, je n’arrive pas à aller courir ! » par exemple. La première réaction pourrait être « vas-y secoue toi, fonce !  » Mais le meilleur agissement n’est peut être pas de se forcer et s’obstiner ? Peut être vaut-il mieux s’écouter et comprendre pourquoi je n’y arrive pas, je n’agis pas.

Peut être qu’au fond je n’ai pas envie de le faire.  Mais pourquoi n’ai-je pas envie de le faire ? Peut être, je ne pense pas mériter les résultats potentiels à venir ou n’ai-je pas assez confiance en moi et doute de ma capacité à y arriver ! Ou dans un autre registre, simplement n’ai-je pas assez d’énergie pour le faire ! Il vaudrait mieux que je me repose !

Bien sûr, certains me diront que je m’écarte de l’objectif et décidant de me reposer, ou en prenant du temps pour faire le tour de ce sujet de manque de confiance en moi !

Mais pourtant je suis bien focus sur mon objectif en m’intéressant aux causes ! Car qu’est-ce que j’obtiendrai à me forcer à courir ? Sûrement le contraire de ce que je cherchais, par exemple me blesser, en tout cas sûrement pas une bonne séance, car se forcer à aller faire du sport alors qu’on est fatigué donne rarement de bon résultat.

Et peut être que la décision finale sur ma réflexion au sujet de la confiance me boosterai à aller courir !

Dans les 2 cas, j’ai traité la cause de ma procrastination ou de mon manque d’implication ! Et en passant j’ai appris sur moi et à m’écouter, je me suis éviter une potentielle blessure, une phase de jugements, de comparaison et de dévalorisation, et une séance de sport qui ne m’aurait apporté aucun résultat et creusé encore plus ma fatigue.

C’est ainsi qu’on recherche la cause et qu’on applique des modifications profondes ! En étant honnête, à l’écoute et bienveillant !

Tu l’as compris je m’oppose plutôt à l’idée qu’il faille tout faire quoi qu’il en coûte !

Alors si il y a bien une phrase que je déteste c’est le slogan habituel « Devenez/Soyez la meilleur version de vous-même ! ». Cette injonction à toujours devoir faire plus/mieux contient en son sein l’insatisfaction perpétuelle et la comparaison avec son objectif final, en gros le cocktail parfait de la démotivation ! Je reste persuadé que ceux qui la répètent, n’ont soit pas bien réfléchi au sens de cette phrase, soit ne se l’applique pas à eux même !

Je ne suis pas en train de dire qu’il ne faille pas se bousculer et se secouer. Je veux simplement dire que changer ne veut pas nécessairement dire se battre, forcer, souffrir, se dépasser toujours, insister coûte que coûte … mais plutôt s’accompagner, s’écouter et se dire la vérité.

Et quand on accepte notre manque d’implication ou notre manque d’énergie, alors on agît en conscience tout simplement.

C’est quand même mieux de construire des changements sur de vrais ressentis, plutôt que sur des injonctions à ne pas s’écouter et toujours en faire plus !

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ! »

Albert Einstein

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.